Une étape décisive vient d'être franchie dans le cadre de la réalisation du projet de construction et d'exploitation du Pipeline Export Niger-Bénin. L'Assemblée nationale a adopté ce jeudi 30 Janvier 2020, la loi n°2020-04 Portant régime juridique, fiscal et douanier applicable à ce projet.Le texte adopté, définit et clarifie les cadres légal, fiscal et douanier dans lesquels s'effectueront la construction et l'exploitation du système de transport des hydrocarbures par pipeline sur le territoire béninois.

Lors du débat général sur le dossier, les députés ont surtout adressé un satisfecit au gouvernement du Président Patrice TALON pour avoir décroché ce projet suite à une rude compétition avec plusieurs pays de la sous-région dont le géant voisin de l’Est, le Nigéria. Ils estiment que ce projet va résorber un tant soit peu le problème de l’emploi des jeunes.Les parlementaires ont prévu dans la loi que le personnel qui sera recruté pour les deux phases du projet soit prioritairement constitué de la main-d'œuvre locale.

Plusieurs autres préoccupations relatives notamment à l’impact environnemental de ce projet et à ce que gagneront les mairies des communes traversées par le pipeline ont été également soulevées. Sur ces questions, le ministre en charge des Mines, Samou SEIDOU ADAMBI, a rassuré le parlement. Selon lui, ce projet aura de grandes retombées pour le Bénin tant à la phase de construction qu’à celle d’exploitation. Plus de 3000 agents seront recrutés pour travailler sur le projet dont 350 à 500 devraient rester jusqu’à la fin de la phase d’exploitation de l’ouvrage qui dure 40 ans.

Le Ministre a précisé que toutes les recettes fiscales, les droits de transit et autres seront versés directement au Trésor public. Aussi, il est prévu la construction d'infrastructures sociocommunautaires au profit des communes. Enfin, les terres privées qui seront sur l'emprise du projet seront expropriées et déclarées d'utilité publique, mais les propriétaires terriens seront dédommagés et indemnisés conformément aux dispositions légales en vigueur au Bénin, prévoit la loi 2020-04.

L'ouvrage traversera cinq (05) départements à savoir l'Alibori, le Borgou, les Collines, le Plateau et l'Ouémé, 17 communes en partant de Sèmè-Kpodji pour Malanville et 152 villages et quartiers de ville. L'infrastructure sera construite sur une longueur totale de 1980 km dont 675km sur la section béninoise avec un coût estimé à 608 milliards de FCFA entièrement financé par la société West Africa Oïl Pipeline Bénin Company (WAPCO Bénin).